Accessibilité des musées d'Angers
  • English
  • Español
  • Deutsch
Partager
Imprimer

Contenu

Passer le contenu

Brique de chambre funéraire

"Brique de chambre funéraire"

Dynastie Han (IIe siècle av. J.-C. – IIe siècle ap. J.-C.),
Longueur : 128 cm ; Hauteur : 35 cm ; Ep. : 16 cm ;
Terre grise, décor estampé,
Achat, 1961.
MTC 8987

Dès l’époque des Han (206 avant J.-C. – 220 apr. J.-C.), la sépulture est comprise comme une maison dans laquelle le défunt attend son passage définitif dans l’autre monde. Durant cet état de « latence », il poursuit une existence similaire à sa vie terrestre : il lui faut donc dans cette nouvelle « résidence » un mobilier et des décors en conséquence. C’est ce que nous révèlent les découvertes archéologiques du siècle précédent et, plus précisément, c’est ce dont rend compte cette remarquable brique estampée.
Cette longue brique creuse porte un décor de personnages, de végétaux stylisés, de masques et d’animaux, chacun disposé dans un cartouche, en une sorte de longue procession. La brique présente un encadrement hachuré. Les motifs figurés évoquent surtout des symboles de prestige et des symboles protecteurs contre les esprits néfastes. Ils ont été estampés. Parfois, de telles pièces ont pu aussi être peintes (voir la riche collection de briques estampées du musée National de la Chine, à Pékin), mais rien n’indique que cela ait pu être le cas de cet exemplaire du musée Pincé.

Les grandes briques creuses estampées de ce type tapissaient les parois intérieures ou servaient de linteaux au-dessus des portes intérieures de certaines tombes dans la province du Henan (Chine du Nord), plus particulièrement la région de Zhengzhou. De telles tombes ont été construites surtout à la fin des Han occidentaux et au début des Han orientaux (au tout début de notre ère). En effet, sous les Han, alors que le bois vient à manquer, l’on abandonne pour les défunts la fabrication de caissons antiques qui nécessitaient quantité de bois pour une maison du mort bâtie en pierres ou en briques.
De tels décors ont une très grande valeur artistique, historique et littéraire. Ils reflètent de manière éclatante la réalité de la société de la période des Tang.

Retour

Retour au contenu