Accessibilité des musées d'Angers
  • English
  • Español
  • Deutsch
Partager
Imprimer

Contenu

Passer le contenu

Modèle de four

"Modèle de four"

Dynastie des Han (206 av. J.-C. – 220 apr. J.-C.),
Hauteur 12 cm ; Longueur : 28 cm ; Largeur : 22 cm ;
Terre cuite à glaçure,
Achat, 1959, ancienne collection Wannieck.

Les mingqi devinrent courants en Chine à partir de l'époque dite des "Royaumes Combattants" (480-222 avant notre ère). Ces substituts funéraires pouvaient prendre la forme d'un homme, d’un animal, d'une architecture ou de toutes autres sortes d'objets de la vie quotidienne. Ils étaient en bois ou en terre cuite. Ils furent produits pour mettre fin à la tradition qui consistait, lorsqu'un haut dignitaire mourait, à enterrer ses serviteurs avec lui (dynastie des Shang, 1600-1100 avant notre ère). Un tel mobilier funéraire constitue aujourd’hui une source documentaire très précieuse pour les archéologues et les historiens de l’art. C’est par exemple le cas de ce modèle réduit de four, retrouvé en contexte funéraire.

La pièce a été modelée dans un moule puis elle a reçu une glaçure à l’oxyde métallique, avant cuisson. Ce four adopte une des formes traditionnelles, celle  du « sabot de cheval ». Quoique le décor soit légèrement altéré et donc plus difficilement lisible, par comparaison avec des pièces similaires (voir le modèle de four du Royal Ontario Museum, à Toronto, inv. 921.21.57), de nombreux ustensiles de cuisine semblent avoir été moulés en relief sur le dessus du four. La glaçure confère à la pièce un aspect irisé vert très élégant.

Les fours de ce type servaient à cuire les aliments et à chauffer les habitats. Ils étaient placés à l’entrée des maisons traditionnelles. On retrouve un nombre important de modèles « réduits » de fours en terre cuite en contexte funéraire – les pièces en bronze, quant à elles, sont plus rares (le musée Cernuschi, à Paris, en possède un remarquable exemplaire).

Retour

Retour au contenu