Accessibilité des musées d'Angers
  • English
  • Español
  • Deutsch
MNR
Partager
Imprimer

Contenu

Passer le contenu

MNR 246 – Le Siège de Carthage par Scipio Aemilianus, en 146 avant Jésus-Christ

Anonyme
Florence, 2e moitié du XVe siècle
Tempera sur bois
Panneau de cassone (coffre de mariage)
0,40 x 1,34 m

> collection Tucher
> acheté par Bornheim à Toulinot, marchand à Paris, 8 avenue Victor Massel, en 1941 pour 375 000 francs
> collection Dr. Friedrich Flick ; don de ce dernier à Hermann Goering en 1941 ; collection Goering (inv. RM 1156)
> mis à l’abri à Berchtesgaden ; transféré le 29 juillet 1945 au Central Collecting Point de Munich, n°5528
> renvoyé en France le 19 octobre 1946 ; récupéré par l’Office des Biens et Intérêts Privés ;  attribué au musée du Louvre en 1950 (MNR 246)
> déposé à Alger, musée des Beaux-Arts en 1952
> revenu à Paris, musée du Louvre en 1961
> déposé au musée des Beaux-Arts d’Angers (échange Campana), arrêté de dépôt en décembre 1969, arrivée à Angers en janvier 1970.

    Détaché du coffre de mariage dont il formait la partie antérieure, ce panneau de cassone représente une scène de bataille que l’inscription « CARTA », située au-dessus de l’entrée de la ville, invite à situer devant les remparts de la cité antique de Carthage. Autour des murs de cette ville dont une représentation semblable se retrouve sur un panneau de cassone similaire, conservé au musée national de la Renaissance à Ecouen, une armée nombreuse et colorée mène l’assaut. Des soldats grimpent sur des échelles ou se protègent avec leurs boucliers, tandis que des cavaliers équipés de lances observent les opérations, de part et d’autre de la scène. L’agitation colorée de ce panneau se retrouve, non seulement sur le cassone d’Ecouen, mais encore sur l’une des faces d’un coffre de mariage conservé à l’Institut Courtauld (Londres), un des rares cassoni à avoir conservé son aspect original.
    L’auteur de ces panneaux n’est pas connu. Malgré l’absence d’éléments significatifs permettant d’identifier une main, il est possible de considérer que l’œuvre provient d’un atelier florentin de la seconde moitié du XVe siècle.

Retour au contenu