Accessibilité des musées d'Angers
  • English
  • Español
  • Deutsch
MNR
Partager
Imprimer

Contenu

Passer le contenu

MNR 251 - La Vierge à l’Enfant Jésus

Anonyme
Sienne, 2e moitié du XVe siècle (?)
Tempera sur bois
0,44 x 0,31 m
 
> collection Rochlitz
> acheté par Bruno Lohse pour Hermann Goering le 15 août 1941 pour 750 000 francs ; collection Goering (inv. RM 1006)
> mis à l’abri à Berchtesgaden ; transféré le 2 août 1945 au Central Collecting Point de Munich, n° 6425
> renvoyé en France le 18 avril 1946 ; récupéré par l’Office des Biens et Intérêts Privés ; attribué au musée du Louvre en 1950 par décision de la 4e commission de choix du 21 décembre 1949 (MNR 251) 
> déposé à Alger, musée des Beaux-Arts en 1952
> revenu à Paris, musée du Louvre en 1961
> déposé au musée des Beaux-Arts d’Angers (échange Campana), arrêté de dépôt en décembre 1969, arrivée à Angers en juin 1970


    Ce surprenant tableau, représentant la Vierge et l’Enfant, est l’objet de multiples interrogations. Entré dans les collections du musée des Beaux-Arts d’Angers comme œuvre de Stefano di Giovanni, dit Sassetta (vers 1400 – Sienne, 1450), il n’est aujourd’hui plus attribué au maître siennois du Quattrocento. De multiples éléments viennent en effet contredire cette attribution, sans qu’il soit aisé de redonner l’œuvre à un artiste en particulier.
    Ces incohérences sont de plusieurs ordres. Iconographiques, elles concernent le sujet de la représentation, qui procède de la Vierge trônante, ainsi que le suggère la posture de la mère du Christ, et de la Vierge d’humilité, assise à même le sol sur un coussin. Décoratives, ces incohérences sont notables dans la présence d’incisions dans la couche picturale, particulièrement étonnantes sur le vêtement et pour lesquelles il est malaisé de faire le rapprochement avec d’autres œuvres de la période. Spatialement, enfin, l’organisation des différents éléments de la composition – personnages, mobilier, vases latéraux – surprend.
    Si l’hypothèse d’une attribution à Giovanni di Paolo (Sienne, actif vers 1420 – Sienne, 1482), ou à son cercle, a pu émerger, elle ne fait toutefois pas l’unanimité parmi les spécialistes. La possibilité d’un faux forgé au début du XXe siècle a été en revanche avancée.

Retour au contenu