Accessibilité des musées d'Angers
  • English
  • Español
  • Deutsch
MNR
Partager
Imprimer

Contenu

Passer le contenu

MNR 824 – Comblement d’un puits (?)

Anonyme
Toscane, 2e moitié du XVe siècle
Tempera sur bois
Panneau de cassone (coffre de mariage)
0,52 x 1,63 m
 
> historique antérieur non retracé à ce jour
> récupéré par l’Office des Biens et Intérêts Privés en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale ; attribué au musée du Louvre en 1951 par décision de la 6e commission de choix du 29 mai 1951 (MNR 824)
> déposé au musée des Beaux-Arts d’Angers (échange Campana), arrêté de dépôt en décembre 1969, arrivée à Angers en janvier 1970.

    Ce long panneau est, à l’instar d’un second  que possède également le musée des Beaux-Arts d’Angers, un panneau de cassone, c’est-à-dire la partie antérieure d’un coffre de mariage. Commandés à l’occasion d’une union, les cassoni n’étaient pas, selon Vasari (Arezzo, 1511 – Florence, 1574), l’apanage des plus fortunés de la société italienne. Peu sont parvenus entiers jusqu’à nous, et il est courant que seule la face peinte – généralement de sujets profanes – ait subsisté.
    Celle-ci ne manque pas de surprendre. L’arcature gothique, encadrant la scène principale et les deux représentations latérales de guerriers armés et casqués, entre en contradiction, par son style, avec une peinture dont les caractéristiques relèvent de l’art toscan de la seconde moitié du XVe siècle. Le décor a pastiglia, doré à la feuille, relève en effet de modèles que l’on ne rencontre plus après 1430, alors que s’impose la forme rectangulaire simple, propice à la représentation d’une scène unifiée. Les panneaux peints se rattachent quant à eux, par leur style et par le type de costumes figuré, aux développements picturaux de la fin du Quattrocento.
    Ces incohérences, ainsi que le caractère énigmatique du sujet (le comblement d’un puits ?) ont pu faire penser que l’œuvre était un faux du XIXe siècle. Il n’en est rien, ainsi que le démontrent les analyses réalisées en laboratoire. La présence d’un morceau de toile, noyé dans la couche de préparation de l’œuvre, la présence de pigments (jaune de plomb et d’étain) disparus de la palette occidentale à partir du milieu du XVIIIe siècle, et l’image radiographique d’éléments originaux prouvent que l’œuvre est bien un panneau de cassone du XVe siècle italien. Les spécialistes évoquent, comme possible attribution, le Maître de Griselda (actif  vers 1490-1500).

Retour au contenu