Accessibilité des musées d'Angers
  • English
  • Español
  • Deutsch
Œuvres choisies
Partager
Imprimer

Contenu

Passer le contenu

Amb o sense fruit, Avec ou sans récolte

Josep Grau-Garriga
2001
240 x 450 cm
Atelier de l’artiste, St Mathurin sur Loire
Raphia, laine, sisal, coton, sacs de jutes, soie

C’est à la suite de ses expositions angevines, en 1989 commémorant le bicentenaire de la Révolution française que l’artiste s’est installé en Anjou à Saint Mathurin sur Loire.
Sur un métier de haute lisse, le célèbre artiste catalan, l’un des chefs de file de la « Nouvelle tapisserie » continue de travailler, seul, dans cet atelier des bords de Loire.
Ainsi, il entreprend à partir des années 2000 un ensemble d’œuvres qui parlent de sa jeunesse à Sant Cugat del Vallés près de Barcelone dans les années 30-40.
C’était alors un petit bourg agricole où, suivant les années, les récoltes étaient bonnes ou mauvaises : « amb o sense fruit ». La Catalogne avait été durement touchée par la guerre civile espagnole. La disette sévissait souvent. Né en 1929, Josep Grau-Garriga se souvient de cette période là. Mais c’est aussi le temps d’une enfance libre, le temps où le petit garçon était gardien de chèvres.
La tapisserie rend compte de cette ambivalence : les sacs de jutes intégrées dans la tapisserie sont vides ou plein, porteur d’espoir ou de disette. Le tissage est rythmé par de longues fibres végétales de raphia espagnol dont l’odeur, le mouvement nous entraîne dans le monde merveilleux d’une nature forte et préservée. L’odeur des fibres est perceptible. L’ensemble de la tapisserie teintée d’une douce couleur monochrome beige et éclairée, par touches, de laine et de soie jaune. C’est un mélange raffiné et subtil de matériaux et de sensations bruts et tendres.
La terre est sèche, aride, automnale. Après la moisson, après les tiges de céréales coupées, la paille est desséchée, jaune et rousse. Les tiges sont hérissées, hirsutes, sauvages. Les sacs de jutes sont pleins ou vides : des sacs avec et sans fruits. Certaines moissons sont épanouies et d’autres pauvres, stériles. Gilbert Lascault, 2002

Retour au contenu