Accessibilité des musées d'Angers
  • English
  • Español
  • Deutsch
Expositions en cours
Partager
Imprimer

Contenu

Passer le contenu

Présentation de l'installation in situ d'Éric Winarto et « Intentions graphiques »

7 novembre 2015 - 28 février 2016

Dans la continuité de l’exposition « La Fabrique de l’œuvre », le dessin contemporain se déploie dans différents espaces du musée des Beaux-Arts à travers deux propositions de l'artothèque.

À la découverte de "BLACKLIGHT SELVA", d'eric winarto

Musée des Beaux-Arts, cabinet d'arts graphiques

La première proposition correspond à l’installation éphémère de l’artiste Éric Winarto accueilli en résidence dès le 19 octobre. Elle s’intègre dans un parcours qui relie les deux expositions traitant du dessin ancien et contemporain, sous la forme d’un wall painting. Les visiteurs seront immergés dans un univers singulier de paysages envoûtants. Chargée de spiritualité, l'œuvre se révèlera au fil de son élaboration pour apparaître dans son intégralité après plusieurs jours de travail.

Éric Winarto - work in progress, BLACKLIGHT SELVA - musée des Beaux-Arts d’Angers, octobre 2015

© photo Alain Chudeau

Éric Winarto - work in progress, BLACKLIGHT SELVA - musée des Beaux-Arts d’Angers, octobre 2015

© photo Alain Chudeau

Pour l'élaboration de ses wall paintings, Éric Winarto modifie l'espace habituel d'exposition. Les limites murales semblent disparaître pour laisser place à une fenêtre, ouverte sur un monde en suspension. L'artiste revêt les murs de peinture fluorescente, puis dessine un paysage, révélé à la lumière noire. Le Cabinet d’arts graphiques s’apparente à un voyage exploratoire, produisant l’effet d’une légère gaze bleue émise par le rayonnement ultraviolet. L’atmosphère ainsi créée tend à se rapprocher d’une matière cinématographique (A. Tarkovski, N. Bilge Ceylan...).

Le visiteur se sentira plongé au cœur d’un univers hypnotique, tissé de bribes de souvenirs (arbres calcinés), de rêves et de visions suggérant tout à la fois La Divine Comédie de Dante et la beauté des paysages profonds et émouvants où la captation du réel est aussi affaire de sensation. Dans ce long poème graphique, on retrouve aussi les éléments fondamentaux de l’univers visuel de l’artiste : l'omniprésence de la forêt, le foisonnement des feuillages et d’énigmatiques branchages...

Les rapports aux gestes et au tracé dans l'œuvre d’Éric Winarto ne sont pas sans rappeler les dessins de certains maîtres anciens, tels que Poussin et Rembrandt, présents dans l’exposition « La Fabrique de l’œuvre » ouverte au public dès le 28 novembre. Un dialogue étroit s'engagera ainsi entre œuvre contemporaine et œuvres anciennes, révélant la continuité des interrogations artistiques qui construisent l'histoire de l'art.

Éric Winarto est né en 1980 à Kuala Lumpur en Malaisie. Il est diplômé de la Haute École d’Art et de Design de Genève, où il vit et travaille.
L’œuvre in situ qu’il réalise pour le cabinet d’arts graphiques du musée des Beaux-Arts d’Angers, s’intègre dans une série évolutive, débutée par l’artiste en 2006, intitulée : BLACKLIGHT SELVA.  

L’installation in situ d’Éric Winarto est soutenue par La Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia

Intentions graphiques

Corinne Laroche, "Imprint Yellow – What do you want to know more", 2009
Gilgian Gelzer, "Sans titre", 2014

Musée des Beaux-Arts, galerie d'actualités et entresol

Sous le titre « Intentions graphiques », la deuxième proposition met en regard quinze artistes, invités à dévoiler l’une de leurs œuvres les plus récentes. Issus de la collection de l’artothèque d‘Angers, tous révèlent la diversité d’un fonds d’arts graphiques et l’intérêt qu’ils accordent au dessin. Celui-ci, exploité aujourd’hui en tant que médium et non plus uniquement comme œuvre préparatoire, acquiert une légitimité à part entière. Depuis quelques années,  il est mis à l’honneur à travers tout un ensemble d’événements qui lui sont consacrés : publications, foires, salons, expositions.

En outre, cette exposition a pour intention d’entrer au cœur même de ces pratiques graphiques, diverses par leur technique ou leur statut : le dessin est considéré chez certains comme une œuvre autonome ou répondant à une étape de travail ; il suit, chez d’autres, un protocole précis dans son exécution ou répond à un autre médium ; il est ailleurs un espace mental ou de narration.
Pour refléter au mieux leurs recherches artistiques, les artistes ont été amenés à exprimer la nature de leurs intentions graphiques en répondant à différentes questions. À travers ces écrits qui révèlent la diversité des modes de penser, le public prendra connaissance de la genèse de l'œuvre, entrant au plus près des réflexions qui la nourrissent.
Cette exposition pose ainsi un regard sur la création et la fabrique de l’œuvre. Un mouvement qui pour certains est source de liberté, quasi performatif, pouvant constituer un rapport physique à l’œuvre, totalement explosif, spontané, intuitif, est pour d’autres un geste répété d’une précision extrême, intégré dans un processus délibérément choisi. Cette écriture, ce langage visuel qui rythme le support, constituent l’acte de dessiner. Celui-ci tend parfois à s’effacer, ne laissant aucune trace du passage de l’artiste pour faire exister l’œuvre en tant que telle.

Artistes exposés : Glen Baxter ; Elise Beaucousin ; Yan Bernard ; Gabriele Chiari ; Paul Cox ; herman de vries ; Daniel Dezeuze ; documentation céline duval ; Gilgian Gelzer ; Corinne Laroche ; Gregory Markovic ; Claire Maugeais ; Julien Parsy ; Guillaume Pinard ; Richard Serra.

Retour au contenu