Accessibilité des musées d'Angers
  • English
  • Español
  • Deutsch
Musée Pincé
Partager
Imprimer

Contenu

Passer le contenu

Repose-tête

Chine, district de Cizhou (Hebei)
Dynastie Song (960-1279)
Céramique peinte et émaillée

Autrefois en Chine, les coiffures, très sophistiquées, n’étaient pas refaites tous les jours. Aussi, pour pouvoir les maintenir en place, les femmes et les hommes dormaient en plaçant leur cou sur un repose-tête en matière dure, en métal ou, comme c’est le cas ici, en céramique.

Cette œuvre en terre-cuite est ornée, sur un fond blanc, d’un décor d’enfant jouant avec un canard. Le décor a été posé au pinceau, avant cuisson. Les bords de la pièce sont occupés par une frise de motifs végétaux stylisés.

Ces oreillers apparaissent sous les Han occidentaux, plus d’un siècle avant notre ère, mais leur production se développe surtout sous les Tang (618-907). Ils prennent des formes très variées. A contrario, sous les Song, les formes se répartissent strictement selon leur usage rituel : d’une part pour les vivants, d’autre part pour les morts (les oreillers funéraires sont placés sous la tête des morts, dans leurs tombes, avec d’autres objets de la vie quotidienne).

Les potiers de Cizhou se font les spécialistes de la production de telles pièces en céramique, sous les Song et les Jin (115-1234). Ces oreillers peuvent se présenter sous une forme zoomorphe, anthropomorphe, ou, plus simplement, géométrique. Ces céramiques étaient abondamment décorées de motifs figuratifs ou décoratifs, comme le montre cet exemple. On qualifie ces productions des ateliers de Cizhou de « populaires », par opposition aux productions de la Cour, plus prestigieuses, et réalisées dans des matériaux plus nobles.

Retour

Retour au contenu