Accessibilité des musées d'Angers
  • English
  • Español
  • Deutsch
Musée des Beaux-Arts
Partager
Imprimer

Contenu

Passer le contenu

Visite du musée

Des Primitifs à la Renaissance, XIVe au XVIe siècle

On appelle généralement Primitifs les peintres italiens des XIVe et XVe siècles jusqu'à Raphaël et Léonard de Vinci, mais ce terme s'applique aussi par extension à la peinture flamande, française et allemande. C'est une peinture presque essentiellement religieuse.
La Renaissance, apparue en Toscane, est une période d'essor intellectuel et humaniste qui se développe aux XVe et XVIe siècles et s'étend progressivement à tout l'art européen.

Peinture italienne et allemande (XVe - XVIe siècles)

salles des Primitifs, 1er étage

Le parcours Beaux-Arts débute au 1er étage dans une salle du Logis Barrault aux murs de tuffeau.
Les panneaux sur bois présentés ici proviennent de deux centres artistiques italiens très importants : Sienne - œuvres de Segna di Bonaventura, Le Jugement dernier ; Pisano, Vierge à l'Enfant… - qui perpétue le modèle de tradition byzantine, et Florence - La Vierge à l'Enfant et Saint Jean Baptiste adorant l'Enfant, 2 panneaux de cassoni : Siège de Carthage et Comblement d'un puits - qui montrent l'intérêt pour le corps, l'espace et la perspective propres à la Renaissance. Une rare Crucifixion de l'Ecole d'Avignon (XVe siècle) caractérise le Gothique international.
A la fin de cette séquence dominée par la peinture italienne, une œuvre au style très différent, peinte vers 1500, La Circoncision, attribuée au Maître à l'œillet de Baden représente l'école allemande.

Dans le passage menant à la salle de la cheminée et dans le petit cabinet suivant (fin XVe), une petite section est consacrée à l'évocation du Portrait en Europe au XVIe siècle (œuvres flamandes, hollandaises, françaises et anglaises) ou se lit l'émergence du portrait individuel par rapport à la peinture religieuse très codifiée des siècles précédents.(œuvres de Benson, atelier de Clouet, maître proche de Hans Eworth…).

Le cabinet de collectionneurs

Dans la salle dite " de la cheminée ", toujours dans la partie ancienne du Logis Barrault, occupée par une cheminée gothique construite vers 1486-1493, sont abordés dans des vitrines murales ou centrales les cabinets de collectionneurs, à partir de deux collections d'objets précieux légués au musée. Le premier, légué en 1859 par Lancelot-Théodore Turpin de Crissé (1782-1859) et le second en 2003 par la veuve de Daniel Duclaux (1910-1999), ont en commun les objets d'art du Moyen-Age et de la Renaissance : ivoires, émaux, céramiques, bronzes, ainsi que des tableaux religieux de Primitifs flamands des 15e et 16e siècles : Bellegambe, Maître de Hoogstraeten, atelier de Van der Weyden…

suite

Retour au contenu