• Lieux
  • Musée-Château de Villevêque
Musée-Château de Villevêque

Réouverture demain14H-18H

Musée-Château de Villevêque

Musée-Château de Villevêque
  • Adresse
    44 Rue du Général de Gaulle, Villevêque - 49140 Rives-du-Loir-en-Anjou
  • Tarifs
    Plein tarif : 4€ • Demi-tarif : 2€
  • Ouverture
    Entre le 3 juil. et le 1er sept. (Vacances scolaires - Été) du mardi au dimanche • 14H-18H

Parcours de visite

Un château abritant une collection prestigieuse

Forteresse bâtie au 12e siècle, le musée-château de Villevêque présente l'importante collection d'oeuvres d'art du Moyen Âge et de la Renaissance, rassemblées par un amateur d'art éclairé, Daniel Duclaux, et léguées selon son souhait par son épouse en 2002 à la Ville d'Angers.

Seuls le rez-de-chaussée et le jardin sont ouverts à la visite.

La demeure d'un collectionneur - Musée-château de Villevêque
© Musées d'Angers, D. Riou
La demeure d'un collectionneur - Musée-château de Villevêque
© Musées d'Angers, D. Riou

La collection de Daniel Duclaux, constituée à partir des années 1950, comprend principalement des sculptures, des objets d'art, des tapisseries et du mobilier datant du Moyen Âge et de la Renaissance. La présentation d'une partie de cet ensemble offre un florilège de l'art occidental entre les 6e et 16e siècles.

Sont exposés des céramiques hispano-mauresques et italiennes, des émaux de Limoges (12e siècle), des objets en ivoire, des statuettes italiennes en bronze (15e et 16e siècles), des sculptures en bois polychromé du 15e siècle, ainsi que des tapisseries.

Parmi la belle collection de sculptures du Moyen Âge se distingue une remarquable Vierge de l'Annonciation du début du 15e siècle attribuée au sculpteur siennois Jacopo della Quercia.
De nombreux émaux complètent la collection, notamment une coupe godronnée fabriquée à Venise autour de 1500, dont la richesse en faisait un objet précieux réservé aux plus grandes familles princières.

La demeure d'un collectionneur - Musée-château de Villevêque
Condamnation de Banquet © Musées d'Angers, P. David

L'oeuvre la plus spectaculaire de ce legs est sans doute la grande tapisserie, La Condamnation de Banquet, tissée au début du 16e siècle à Tournai. Cette pièce est un fragment d'une suite plus importante s'inspirant d'une oeuvre allégorique publiée en 1507 par Nicolas de La Chesnay, La Condamnation de Banquet. C'est pour se rendre possesseur de cette oeuvre que Daniel Duclaux avait acheté le château de Villevêque, dans lequel elle se trouvait déjà et qu'Auguste Durel, le précédent propriétaire, artiste peintre et collectionneur, ne souhaitait pas vendre sans son écrin architectural.

Certaines oeuvres de la collection Duclaux sont également présentées au musée des Beaux-Arts. C'est le cas par exemple d'un plat italien en faïence de la première moitié du 16e siècle représentant le Parnasse et dont la composition est inspirée d'un dessin de Raphaël.

À l'extérieur du château

La demeure d'un collectionneur - Musée-château de Villevêque
La demeure d'un collectionneur - Musée-château de Villevêque

Accessible par le musée, une partie du cloître d'Elne (Pyrénées-Orientales) a été installée au début des années 1960. Auguste Durel, propriétaire du château de 1961 à 1979,avait acheté ces éléments sculptés datant du 14e siècle et les avait fait remonter dans son jardin, le long de l'aile sud du château.

Né à Saint-Mandé, ingénieur des Arts et Métiers en 1930, Daniel Duclaux (1910-1999) fonde en 1947 sa propre entreprise, Électrification - Charpente - Levage (ECL), à Lille. Il épouse Marie Dickson (1911-2002), descendante du fondateur de la firme Dickson, aujourd'hui leader mondial de la toile à store.

La curiosité toujours en éveil, Daniel Duclaux achète d'abord à foison livres d'histoire de l'art et de littérature. C'est un grand admirateur de George Sand, Balzac, Colette, des poètes du 19e siècle. Ses premiers achats d'oeuvres sont influencés par ses lectures et ses nombreux voyages professionnels. Il s'attache les conseils d'un jeune antiquaire, Philippe Carlier, qui devient son ami. L'ingénieur- collectionneur développe une vraie passion pour le Moyen Âge et la Renaissance.

Ses acquisitions, s'échelonnant de 1950 à 1990 environ, sont très variées et documentées. L'intérêt de Daniel Duclaux s'est principalement porté sur une période allant du 12e au 16e siècle, avec quelques achats d'oeuvres antiques, chinoises et islamiques. De nombreux domaines de création sont représentés : mobilier, tapisserie, textile, sculpture, peinture, dessin, gravure, enluminure, manuscrit, émail, faïence, orfèvrerie. Cet éclectisme éclairé illustre bien les goûts d'un amateur passionné.

En 2018/2019, une exposition au Musée des Beaux-Arts, « Splendeurs médiévales, la collection Duclaux révélée », rendait hommage à Daniel Duclaux et à son épouse à l'occasion des quinze ans du legs.

Daniel Duclaux, un amateur d'art éclairé - Musée-château de Villevêque
Daniel Duclaux et son épouse Marie Dickson-Duclaux, cliché non daté
Daniel Duclaux, un amateur d'art éclairé - Musée-château de Villevêque
Intérieur de la résidence du temps des Duclaux © fonds Duclaux / Arch. mun. d'Angers

Les incontournables

Sélection d'oeuvres incontournables du Musée-Château de Villevêque Découvrir

Le bâtiment

Une résidence des évêques d'Angers dès le Moyen Âge
De la forteresse à la résidence - Musée-château de Villevêque

Dès le 11e siècle, les évêques d'Angers possèdent plusieurs demeures aux alentours de la ville, dont le domaine de Villevêque, qui surplombe le Loir à une quinzaine de kilomètres de leur cité épiscopale. Assiégé pendant la Guerre de Cent ans, le château est en grande partie détruit. Aujourd'hui, il ne reste de la résidence originelle que quelques éléments romans sur la façade orientale et une partie des fossés-secs à l'ouest.

Au milieu du 15e siècle, l'évêque Jean de Beauvau fait transformer le château en manoir. Celui-ci perd son aspect défensif et devient une résidence plus agréable à vivre : percement de larges fenêtres, lucarnes décorées d'armoiries, tour d'escalier polygonale. Délaissé par les évêques à partir du 16e siècle et seulement occupé par leurs fermiers, le manoir se dégrade. Une importante restauration est effectuée à la fin du 19e siècle avec l'adjonction d'une tour néogothique sur la façade arrière.

Le château présente aujourd'hui les oeuvres d'art léguées en 2002 à la Ville d'Angers par Marie Dickson-Duclaux (1911-2002). Elle suivait en cela la volonté de son époux, Daniel Duclaux (1910-1999), qui acquit le château en 1979. De 1981 jusqu'à son décès, Daniel Duclaux y vécut avec son épouse, au milieu de sa collection, présentée dans toutes les pièces du château.
Les salles du musée reflètent encore aujourd'hui l'intimité du collectionneur.

De la résidence au musée - Musée-château de Villevêque