Accessibilité des musées d'Angers
  • English
  • Español
  • Deutsch
Musée Jean-Lurçat et de la Tapisserie Contemporaine
Partager
Imprimer

Contenu

Passer le contenu

"Le chant du monde" de Jean Lurçat

"Le Chant du monde", Vue d'ensemble
"Le Chant du monde", Vue d'ensemble

Manifeste d'un artiste engagé, cet ensemble de dix tapisseries constitue une vision épique, poétique, symbolique et humaniste du 20e siècle.

Le Chant du Monde de Jean Lurçat est exposée dans la grande salle des malades de l'hôpital Saint Jean depuis 1968. Il est venu remplacer les collections du musée archéologique présenté dans cet espace depuis 1874.
Cette suite de dix tapisseries monumentales (347 m²) est un hommage à la tenture de l'Apocalypse médiévale, présentée au château d'Angers. Jean Lurçat (1892-1966) découvrit ce chef-d'œuvre en 1937 et cette " rencontre " eut une influence décisive sur son activité artistique. C'est à partir de 1957 que le peintre cartonnier fait tisser à Aubusson les dix pièces de son Chant du Monde. Vaste symphonie textile sur la destinée humaine, la tenture partant de l'apocalypse nucléaire d'Hiroshima, en passant par la conquête de l'espace,veut exprimer la victoire finale de l'homme vivant en harmonie avec le monde et les éléments. L'artiste aurait souhaité poursuivre son chant interrompu à son décès en 1966.

Dans le cadre des commémorations nationales 2016 liées au cinquantenaire de la mort de Jean Lurçat (1892-1966), les musées d’Angers organisent pour l’été 2016 une grande exposition qui s’intègre dans une proposition nationale, associant différentes institutions promouvant l’art textile et le souvenir de Jean Lurçat, telles que l’Institut de France/Fondation Jean et Simone Lurçat, le Mobilier national, la Cité internationale de la tapisserie d’Aubusson, ainsi que l’atelier-musée Jean Lurçat à Saint-Céré dans le Lot

"Conquête de l'espace", Jean Lurçat, 1960
"Conquête de l'espace", Jean Lurçat, 1960

le chant du monde commenté par Jean Lurçat

Citation n°1, "La conquête de l’espace"

« Cette fois-ci, à partir de la terre, l’homme s’élève à travers l’espace sidéral. C’est le problème du monde futur. Ce qui m’anime, dans ce domaine, ce n’est pas la curiosité. Je suis curieux des choses de la terre, mais pas du tout des planètes lointaines. Il me paraît hors des possibilités de mon imagination de me représenter la vie dans la Lune et les voluptés que cela pourrait me procurer, parce que oui, c’est une certitude : je n’irai pas… »

Citation n°2

« Tout s’y mêle, s’y entrecroise, tout y est tissé, tressé dans cette longue aventure. Ne vous étonnez donc pas d’y trouver du fiel et du miel. Ce n’est pas un lamento, moins encore une romance. Mais terminée, cette œuvre dont l’avenir dira si elle fut valable ou inutile, n’aura pas posé sur la vie un regard oblique ou funèbre.
Bien au contraire !
Le premier titre de ce Chant du Monde c’était La joie de vivre. Je n’ai pas tardé à me convaincre que la vie, pour qui tente de vivre droit, c’est chose sucrée et salée, douce et amère, convulsive et sereine. »

Retour au contenu